Consultez nos experts
Sarah Robinet

Sarah Robinet

Responsable projet au Green Office
Université de Liège
Université de Liège
Belgique

Share:

  • Développement durable
  • Méthodes de communication

Sarah Robinet côtoie l’Université de Liège depuis plusieurs années. Elle l’a d’abord intégrée pour ses études et travaille aujourd’hui au Green Office de l’école. Elle coordonne les actions en faveur du développement durable et le programme d’engagement des étudiants et étudiantes sur les trois campus de l’Université, à Liège, à Gembloux et à Arlon. Sa mission est de les accompagner, de les outiller et de les mobiliser pour leur permettre d’agir. Avec ce même objectif de fédérer autour des enjeux du changement climatique, Sarah est aussi responsable du programme de réplication. Il vise à partager des bonnes pratiques et à permettre à d’autres universités d’emboîter le pas et d’avoir de l’impact à leur tour !

Son engagement personnel ?

“J’ai envie de vivre sur une planète habitable. C’est pourquoi j’avais vraiment envie d’avoir un travail qui a du sens et qui me permet au quotidien d’apporter ma pierre à l’édifice et de montrer l’exemple, d’entraîner d’autres personnes, en particulier les jeunes qui ont besoin de se sentir utiles et d’avoir de l’espoir.”

Sarah Robinet, Responsable projet au Green Office de l’Université de Liège 

La raison d’être du Green Office de l’Université de Liège

Le Green Office est une structure par et pour les étudiants et étudiantes. Mis sur pied en 2020, il a pour but d’agir et d’entraîner dans l’action les quelque 25 000 universitaires en faveur du développement durable. L’objectif de ce programme d’engagement est de réduire l’empreinte carbone individuelle des élèves. 

Green Office Uliege Programme engagement 1024x576

Les 4 piliers du programme

Sensibiliser et informer 

À travers des conférences, des formations et des ateliers, le Green Office sensibilise les étudiants et étudiantes aux questions environnementales. Pourquoi est-il important d’agir ? Qu’est-ce que l’empreinte carbone ? Quels sont les ordres de grandeur lorsque l’on parle d’empreinte carbone ? L’idée est tout d’abord de donner des connaissances, puisqu’il faut les bonnes informations pour agir. 

Passer à l’action 

Une fois que les étudiants et étudiantes ont pris conscience de l’importance des enjeux de durabilité et ont une base de connaissances solides en la matière, le Green Office leur permet d’agir. 

“On essaie toujours de lier le pilier de la sensibilisation à celui de l’action. On ne se contente pas de donner des informations qui choquent pour qu’ils se disent que c’est mal parti, mais on propose vraiment d’agir. Ce qui est très puissant, c’est qu’on peut aussi voir les impacts collectifs de tous sur la plateforme et ça donne un sentiment d’enthousiasme. On réalise que même si notre part est petite, quand on l’additionne aux autres qui s’engagent, l’impact devient plus important.” 

Sarah Robinet, Responsable projet au Green Office de l’Université de Liège 

Intégrer tous les acteurs

Le Green Office place réellement les étudiants et étudiantes au coeur des projets. Ils se font entendre par leurs votes, ils peuvent participer à des hackathons, mais aussi s’investir directement au sein de la structure.  

Communiquer 

Le dernier pilier du programme est celui de la communication. Avec différents canaux, le Green Office fait en sorte de toucher toute la population universitaire. Il communique sur les actions menées pour encourager et inspirer.  

Les 5 projets “Campus durable”

Au démarrage du Green Office, ce sont les étudiants et étudiantes qui ont donné leurs voix pour déterminer les grands projets de développement durable de l’Université de Liège. Ils ont pu choisir 5 projets dits “Campus durable” parmi 20 propositions sur des thématiques de développement durable. Le programme d’engagement s’articulent ainsi autour des 5 projets retenus : 

  • Court-circuit : promouvoir l’alimentation durable, notamment par le biais de distribution de paniers de fruits et légumes sur le campus
  • Zéro déchet : sensibilisation aux enjeux de production de déchets et mise en place de solutions pour les réduire
  • Water4all : projet de revalorisation et de création de fontaines au sein de l’Université pour une consommation plus saine de l’eau et la disparition des emballages plastiques 
  • Welcome pack durable : sensibiliser les nouveaux universitaires sur l’empreinte écologique et les aider à faire des choix responsables 
  • GMS2Life : projet d’économie circulaire qui vise à donner une seconde vie aux smartphones et à sensibiliser au recyclage des déchets technologiques.

Comment le Green Office engage sa population universitaire à travers des challenges ?

Des petits défis du quotidien pour un impact durable

“On constate une très forte écoanxiété chez les jeunes. Et un des remèdes, c’est passer à l’action. Parce que quand on est dans l’immobilisme, on reporte à plus tard et on entre en dissonance cognitive. On sait ce qu’il faudrait arrêter de faire, mais on le fait quand même parce qu’on est bloqués dans nos habitudes. Là, on propose une porte de sortie qui permette de diminuer cette pression mentale.”

Sarah Robinet, Responsable projet au Green Office de l’Université de Liège

Et pour permettre aux étudiants et étudiantes d’agir, Sarah et l’équipe du Green Office ont mis en place une série de challenges à relever pour les aider à réduire peu à peu leur empreinte écologique à travers de petites actions du quotidien. 

Ils ont tout d’abord fait appel à un expert pour calculer l’empreinte carbone moyenne d’un élève universitaire belge. À partir de là, les différentes pistes d’action ont pu être identifiées pour permettre à chaque élève de réduire son empreinte de moitié d’ici 2030, conformément aux Accords de Paris. Ce travail a permis de proposer une vingtaine de challenges. Le Green Office a aussi questionné les étudiants et étudiantes pour comprendre leurs obstacles et proposer des réponses. Non seulement, ils savent ce qu’ils ont à faire, mais il sont aussi outillés pour le faire. Pour chaque challenge, on retrouve une multitude d’informations et de mise en contexte pour comprendre le pourquoi et le comment. 

Des étudiants et étudiantes qui passent à l’action

“Évidemment, on ne propose pas de tout changer d’un coup et c’est pour cela que la plateforme Alaya est vraiment intéressante. L’étudiant ou l’étudiante voit la diversité d’actions et il peut choisir en fonction de ce qu’il fait déjà, par rapport à ce qui lui semble le moins difficile à mettre en place, ce qu’il a envie de tester pour le moment, etc. Il a aussi accès à des informations scientifiques. Pourquoi ce geste est important ? Quelle économie de CO2 il peut faire avec cette nouvelle habitude ? Quels sont les trucs et astuces pour réaliser ce challenge ? Si je prends l’exemple de venir en vélo au campus : on va l’informer d’où il peut réparer son vélo, d’où il peut prendre une douche, etc. Cela facilite le passage à l’action.”

Sarah Robinet, Responsable projet au Green Office de l’Université de Liège

Ce programme a permis d’engager un grand nombre d’élèves et continue de mobiliser : 

  • Les étudiants et étudiantes qui se sentaient anxieux étaient beaucoup plus positifs après avoir pris connaissance du programme et en comprenant qu’ils avaient le pouvoir d’agir 
  • Plus de 2 300 d’entre eux se sont inscrits aux challenges, soit près de 10 % de la population universitaire
  • Les étudiants et étudiantes sont si enthousiastes qu’ils sont de plus en plus nombreux à demander la création de nouveaux challenges et d’en corser la difficulté  
  • Le programme du Green Office a obtenu le prix Coup de cœur de l’Agence universitaire de la Francophonie dans le cadre du défi Campus 2030 de l’ONU
  • Grâce au programme de réplication, le projet a vocation à être reconduit dans d’autres universités

Le conseil de notre leader d’impact

“Je pense qu’une bonne stratégie, c’est de commencer par une enquête pour connaître les freins et les besoins du public cible. C’est ce qu’on a fait. Les freins des étudiants et des étudiantes, c’était qu’ils manquaient de connaissances. Et puis, ils avaient envie d’avoir un réel impact. C’est ce qu’on fait en leur fournissant la quantité de CO2 évité pour chaque challenge. Ils avaient aussi envie que ce soit fun. On l’a donc fait sous forme de défis. Enfin, ils n’avaient pas envie d’être seuls. Le fait d’être sur une plateforme collaborative et de voir le nombre de participants, ça permet de créer une communauté.”

Sarah Robinet, Responsable projet au Green Office de l’Université de Liège 
 
 

Share:

Consultez un expert

Posez votre question

ou parcourez ces ressources

feature_img

Journée des droits des femmes : 8 actions (concrètes) pour le 8 mars

Mobilisez vos employés pour plus d'équité et d'inclusion et combattre les discriminations envers le femmes en entreprise et dans leur communauté.

feature_img

Comment savoir si vous devez investir dans un logiciel pour les Communautés d'em...

Utilisez cette checklist pour savoir si vos Communautés d'employés bénéficieraient d'un logiciel de gestion pour booster votre programme d'engagement.

feature_img

Tendances RSE 2023

La quête de sens change le monde du travail et la façon d'engager les différentes parties prenantes. Découvrez 5 tendances de la RSE en 2023.

En savoir plus sur Benevity

Rencontrez plus de leaders d'impact

Michael Duncan

Michael Duncan

NatWest

Royaume-Uni
  • Responsabilité sociétale des entreprises
  • Ressources humaines
Natacha Reymond

Natacha Reymond

EHL

Suisse
  • Développement durable
  • Responsabilité sociétale des entreprises
Juliette Sarrail

Juliette Sarrail

SCOR

France
  • Ressources humaines
  • Engagement des employés
  • Programme international
Erin LaBarge

Erin LaBarge

SAP

États-Unis
  • Responsabilité sociétale des entreprises
  • Engagement des employés
  • Volontariat
Daniel Gibbs

Daniel Gibbs

NatWest

Royaume-Uni
  • Développement durable
  • Engagement des employés
Justine Tabarin

Justine Tabarin

Criteo

France
  • Développement durable
  • Engagement des employés
  • Programme international
Celeste Leverton

Celeste Leverton

Coutts

Royaume-Uni
  • Volontariat
Sarah Robinet

Sarah Robinet

Université de Liège

Belgique
  • Développement durable
  • Méthodes de communication
Konstantinia Tsakalou

Konstantinia Tsakalou

Criteo

France
  • Inclusion
  • Responsabilité sociétale des entreprises
  • Programme international
Danielle Bryner

Danielle Bryner

L'Oréal en Suisse

Suisse
  • Développement durable
  • Responsabilité sociétale des entreprises
  • Engagement des employés
  • Volontariat
Flavie Deprez

Flavie Deprez

Carenews

France
  • Responsabilité sociétale des entreprises
  • Méthodes de communication
Rencontrez des leaders d'impact